Mémoires d'Ici - Dossiers web - DEMANDEZ LE PROGRAMME ! 1910-1970 : Les folles années des cinémas du Jura bernois

DEMANDEZ LE PROGRAMME ! 1910-1970 : Les folles années des cinémas du Jura bernois

1910-1970 : LES FOLLES ANNÉES DES CINÉMAS DU JURA BERNOIS

Primés par la commission culturelle interjurassienne, les cinémas jurassiens sont en fête en ce début d’année 2010, mais également à l’aube d’une périlleuse mutation numérique. L’occasion est belle de remonter aux sources des premières salles du Jura bernois. 

C’est en effet il y a 100 ans exactement, en 1910, que le Casino de Saint-Imier se dotait d’un projecteur fixe. Auparavant, le cinéma s’était fait nomade durant près de quinze ans. En août 1896, trois mois à peine après Genève, Saint-Imier accueillait ses premières projections cinématographiques. Ce fut bientôt au tour de Moutier, Tramelan, Tavannes puis La Neuveville et Bévilard de s’emballer au rythme de leur développement économique. Le Jura bernois constitue alors, au même titre que de grandes villes, un terreau très fertile pour la diffusion du cinéma. On peut postuler que l’implantation des salles de cinéma dans la région coïncide avec son industrialisation, si l’on considère, notamment, que des séances sont organisées par le directeur de la Tavannes Watch pour ses ouvriers. Rapidement, le « cinoche » affirme son immense popularité : des bourgs industriels, il essaime jusque dans les villages, des salles obscures éclosent à Courtelary, Sonvilier, Reconvilier et Corgémont. En 1962, avec la création du Ciné-club de la Vallée de Tavannes, le public de la campagne peut rejoindre les rangs des cinéphiles et se forger une solide culture cinématographique. C’est en feuilletant les journaux d’époque et en décryptant la programmation que nous avons choisi de mettre en évidence quelques temps forts de cette saga.


Le dossier au format PDF prêt à imprimer est plus riche en illustrations.

 

 

Dossier mis en ligne le 19 février 2010

Licence Creative Commons

Documents PDF

Partagez