Mémoires d'Ici - Dossiers web - FETES ET FESTPIELE EN TERRE JURASSIENNE De la communauté d'intérêt à la communauté de destin

FETES ET FESTPIELE EN TERRE JURASSIENNE
De la communauté d'intérêt à la communauté de destin

Les 13 et 14 juin 1851, Saint-Imier accueille sa première Fête cantonale de gymnastique, trois ans après la Constitution de 1848, acte de naissance de la Suisse moderne.

 

Désormais, les fêtes régionales ou cantonales de gymnastique, de musique, de lutte et de tir rythment la vie jurassienne. La population s'y réunit pour exprimer une communauté d'intérêt, mais aussi de destin ; ces rencontres parfaitement ordonnées sont un lieu privilégié de construction du patriotisme helvétique, bernois et jurassien.

Bientôt, dans le Jura comme dans toute la Suisse, ces fêtes intègrent de grands spectacles à caractère commémoratif et patriotique : les Festspiele. Des auteurs et des compositeurs renommés collaborent à la mise sur pied de ces oeuvres de circonstance.

Entre 1900 et 1938, exécutés par des centaines d'amateurs, ces Festspiele, spectacles grandioses et édifiants, glorifient les valeureux artisans du pays, ancêtres, paysans ou horlogers. Ils permettent ainsi à la population jurassienne d'exprimer sa suissitude, sa conformité aux clichés du mythe helvétique.

Le genre tombe en désuétude à la veille de la seconde guerre mondiale. La naïveté du propos ne convient guère à la réalité de la menace. Au même moment, l'identité jurassienne tend à s'affirmer pour elle-même, en dehors des stéréotypes helvétiques.

Imprimer le dossier complet

 

Dossier mis en ligne le 16 novemre 2012

Licence Creative Commons