Mémoires d'Ici - Dossiers web - DU BON USAGE DE SES SOUS Crédit, épargne et banque dans le Jura bernois (1820-1920)

DU BON USAGE DE SES SOUS
Crédit, épargne et banque dans le Jura bernois (1820-1920)

L’apparition des caisses d’épargne, des caisses de crédit mutuel et des succursales des grandes banques dans le Jura bernois est un sujet peu défriché jusqu’ici, si l’on excepte la thèse de doctorat de Fritz Kummer sur l’histoire du système de crédit dans le Jura bernois, publiée en allemand en 1953. Le dépôt à Mémoires d’Ici du Fonds Roger Hayoz, qui fut sous-directeur de la Banque populaire suisse à Moutier, a donné accès à des documents illustrant la transition entre les établissements locaux de crédit et les succursales d’instituts bancaires exerçant leur activité sur une plus vaste étendue. 

Durant le XIXe siècle, de petites caisses d’épargne locales, fortement ancrées dans une société rurale, se développent un peu partout dans le Jura. Par ailleurs, la forte croissance démographique rend nécessaire la construction de nouveaux immeubles. Le besoin de prêts hypothécaires devient pressant. En 1864, Emmanuel-André Tièche, un notable de Reconvilier, plaide pour la création d’une Banque mutuelle immobilière. De leur côté, les industriels, qui commercent avec le monde entier, souhaitent aussi effectuer leurs opérations, comme l’encaissement des lettres de change, avec plus de facilité. Avec l’arrivée de la Banque cantonale de Berne et de la Banque populaire suisse, toutes ces activités (collecte de l’épargne privée, prêts hypothécaires et financement de l’économie régionale) vont s’agréger. Les affaires sont désormais gérées par des professionnels de l’industrie financière, disposant d’informations stratégiques essentielles, collectant des capitaux auprès d’un plus grand bassin de population et, par conséquent, répartissant les risques entre différentes régions géographiques et différentes activités économiques. La présence de ces plus grands établissements s’inscrit bientôt dans le patrimoine architectural des localités où ils sont implantés, avec la construction d’hôtels de banque cossus, incarnant tout le poids des traditions propres à la culture bancaire. L’évolution du système bancaire du Jura bernois est aussi la conséquence indirecte d’événements politiques et économiques internationaux (dépressions successives, conflit 1914-1918) qui ont influencé la marche des affaires et le monde financier. Ces facteurs macroéconomiques ne sont toutefois pas abordés, car ils s’écartent trop du champ de ce dossier.

 

(Le dossier au format PDF prêt à imprimer est plus complet.)

 

Dossier mis en ligne le 19 décembre 2010

Licence Creative Commons